Mot du Consul général

PNG

Chers compatriotes,
Chers amis du Kurdistan d’Irak,

Voilà maintenant un an et demi que le Kurdistan d’Irak et mes collègues du consulat général de France à Erbil m’ont accueilli. Ensemble, avec la communauté française et nos hôtes, nous avons vécu des moments de satisfaction mais aussi d’inquiétudes. Nous nous sommes réjouis des victoires contre DAESH, grace à l’engagement de l’armée irakienne, des peshmergas et des forces de la coalition auxquelles la France a contribué de façon significative. Mais, nous avons tous été affectés par la mort de toutes ces personnes, civiles ou militaires, qui ont payé de leur vie cette lutte contre l’obscurantisme.

Au cours de ces derniers mois, les déplacements de nombreux élus et personnalités politiques, dont celle en Irak du Président de la République François Hollande le 2 janvier 2017 et des ministres des Armées et de l’Europe et des Affaires étrangères en aout 2017, puis la visite du Premier ministre Netchirvan Barzani à Paris en décembre 2017, ont confirmé la qualité de nos liens avec la région autonome du Kurdistan. Nous sommes demeurés, avec nos entreprises, aux côtés de la population de la région autonome pour continuer à investir et à développer le Kurdistan d’Irak, malgré une conjoncture difficile. Avec les associations françaises, nous avons poursuivi notre action humanitaire en l’orientant désormais vers l’aide au retour des populations et à la stabilisation des zones libérées. Nous avons continué de travailler au futur de cette région, grace notamment à nos deux écoles françaises à Erbil et Souleymanie qui contribuent à la formation des nouvelles générations. Nos équipes de recherche ont poursuivi leur collaboration avec leurs partenaires kurdes, en particulier dans le domaine archéologique, amplifiant ainsi la connaissance que les populations locales peuvent avoir de leur histoire et de leurs origines ; l’Institut français est demeuré cet espace de formation, d’échanges culturels et de dialogue qui l’a rendu indispensable dans le paysage culturel régional.

Les événements qui ont suivi le référendum de septembre 2017 ont généré une source supplémentaire d’inquiétudes et de difficultés pour la région autonome. La France, amie de l’Irak et de sa région autonome du Kurdistan, n’a cessé de manifester son engagement en faveur d’une solution négociée aux litiges opposant les gouvernements régional et fédéral. L’implication personnelle du Président de la République Emmanuel Macron a montré une fois encore combien la France était engagée dans cette région du monde.

Avec nos partenaires irakiens, avec nos amis kurdes, avec les minorités religieuses ou ethniques que nous n’avons cessé de soutenir au cours de ces dernières années, ce Consulat général se tourne résolument vers l’avenir : un avenir qui impose le dialogue entre toutes les composantes de la société irakienne ou kurde ; un avenir tourné vers la reconstruction des territoires et des liens humains ; un avenir qui s’appuie sur une vision partagée du progrès, de la démocratie et de la citoyenneté.

Aux côtés de notre ambassade à Bagdad, ce Consulat général demeure au service de la communauté française afin de l’aider à renforcer, par ses activités, la présence et la solidarité de la France au Kurdistan d’Irak.

Bien cordialement,
Dominique MAS, Consul général de France à Erbil

Dernière modification : 29/01/2018

Haut de page