Déclaration du président de la République

« La France ne sera jamais dans une initiative qui empêche un processus démocratique. La France, vous l’avez rappelé, a une relation historique avec les Kurdes en particulier les Kurdes d’Irak. Cette relation s’inscrit dans la durée et j’ai beaucoup de respect pour ce peuple qui s’est battu pour ses valeurs et son histoire. Le Président Barzani a souhaité organiser un référendum le 25 septembre donc les conclusions pourraient être une indépendance complète d’un Kurdistan irakien. Je souhaite que, si ce référendum était maintenu, il puisse plutôt porter sur la bonne représentation des Kurdes d’Irak dans le gouvernement et dans le cadre de la Constitution irakienne. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui nous avons besoin en Irak d’une stabilité territoriale et politique. C’est pourquoi j’ai souhaité que le Premier Ministre irakien ne soit pas affaibli. Le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères s’est rendu il y a quelques semaines en Irak et a été à Bagdad puis Erbil traduisant d’ailleurs la continuité de cette vision française. Et donc dans ce cadre-là je veux être ici très clair, la France souhaite la stabilité en Irak, elle souhaite la réussite du Premier Ministre irakien. Et elle souhaite que soit mis en place un gouvernement et un équilibre politique respectueux de toutes les minorités, des sensibilités, et en particulier des Kurdes. Et j’invite donc le Président Barzani à transformer le référendum s’il souhaitait le maintenir en un référendum permettant d’exprimer cette volonté d’être pleinement intégré dans les institutions de l’Irak. Et non pas faire sécession aujourd’hui ce qui aurait des conséquences pour toute la région extrêmement négatives. » JPEG

Dernière modification : 21/09/2017

Haut de page